Ciné-club 17/01/20 19 h FAUTE D’AMOUR НЕЛЮБОВЬ au local Droujba 1 rue J.Lyonnaz Grenoble

Faute d’amour  Нелюбовь

2017 ‧ Drame ‧ 2h 7m

kinopoisk.ru

Synopsis

Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser. Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Première sortie : 1 juin 2017 (Russie)

Réalisateur : Andreï Zviaguintsev

Titre original : Нелюбовь

Nominations : Oscar du meilleur film international

Récompenses : Prix du jury du Festival de Cannes,

Faute d’amour n’a pas attendu sa sortie en France pour se faire remarquer. Déjà lauréat du Prix du Jury à Cannes, le film d’Andreï Zviaguintsev est devenu tout récemment le représentant de la Russie à l’Oscar 2018 du film étranger. Et si l’on en croit les avis des membres de Télérama-Vodkaster, il a ses chances de figurer dans le quintet des nommés. « Andreï Zviaguintsev dépeint une société russe détraquée où il est impossible de s’accomplir par manque de spiritualité et d’amour. Fort » annonce @Sushi_Overdose. « L’ampleur dramaturgique émane de chacun de ces plans terriblement majestueux. Dans l’absence se joue la reconstruction humaine collective » écrit A_Nos_Amours. « La lumière perce ici la noirceur sans pouvoir la faire fuir. Zviaguintsev autopsie l’âme russe et terrasse le cœur. Une Palme d’Or manquée » regrette presque Courtefocale. Il y a bien des avis plus mitigés. La méchanceté des adultes du film, par exemple, ne reflèterait-elle pas celle du cinéaste, plus cruel qu’il ne laisse croire ? « Faute d’amour pour les personnages, le film ne s’envole pas au delà de la beauté de son écrin » déplore @8JAD8. « Les constats glaçants de Zviaguintsev, plutôt que d’enclencher une réflexion, nous écrasent. Au point de ressembler à ce qu’ils dénoncent » explique @Kikuchiyo. « Regard clinique, métaphores surlignées, Faute d’amour déblatère sur la Russie avec la même méchanceté que ses personnages envers leur enfant-marionnette » assure @Thomaschry. Si l’on se fie à l’avis de la majorité, il est tout de même plus probable que Faute d’amour vous émeuve ou lieu de vous décevoir. « Ce drame puissant du si grand Zviaguintsev m’a donné envie de rentrer chez moi et de jurer à mes gosses que je ne les abandonnerais jamais » clame @tomsias. Rien que ça.

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=em7xg53W5cc