21 aout 2012

Moscou la grande capitale et sa consœur Saint-Pétersbourg, deux villes qui se complètent pourtant diamétralement opposées, Moscou reste une ville slavophile, et Saint-Pétersbourg s’oriente un peu plus vers l’occidentalisme, bien que Moscou tend également à s’orienter dans cette voie, l’opposition est plus marqué d’un point de vue culturel et d’un point de vue des richesses économique.
Moscou la grande capitale mériterait un livre entier que dis je une encyclopédie pour en faire le tour dans le moindre détail, rien que l’histoire du métro devrait occuper les soirées de toute une année de lecture, et quelle métro!

Nous arrivons à l’aéroport de Moscou par un vol aéroflot à 17 heures le 21 aout 2012.

Après les formalités de contrôle à la douane, nous prenons la direction du terminal D afin de prendre l’aéroexpress qui nous mènera tous droit vers la ville de Moscou.

Dès notre arrivée à la gare de Moscovskaia nous étions immergés dans la vie russe, et la Russie, je me mis à contempler un bâtiment qui me faisait penser à un palais , des russes nous voyant entrain de chercher le métro nous vinrent en aide spontanément sans même avoir rien demandé, ils prirent de leurs temps pour nous aiguiller et nous orienter vers le métro.

Content de trouver notre chemin nous pénétrâmes dans les immenses couloirs bondés du métro ; après avoir acheté nos billets nous nous engouffrâmes avec frénésie malgré notre fatigue dans la cohue moscovite, notre frénésie fut de courte durée et malgré la préparation de notre voyage et du plan du métro de Moscou que je tenais dans les mains, nous nous retrouvions rapidement  perdu au milieu d’une cohorte de voyageurs pressés de rejoindre des amis, la famille ou leurs collègues de travail, il était 22h30 nous étions fatigués du voyage et le bruit stressant des freins du métro qui ralentissait à la station commençait à m’énerver, ma copine se donnait du mal avec ces quelques mots de russe à trouver la bonne voie qui nous mènerait à la station de métro la plus proche de notre hôtel.

Des agents de police qui contrôlaient la station n’osaient pas peut être par respect ou pudeur nous aiguiller, et moi même par peur de l’autorité je n’osais aller demander le chemin, nous primes plusieurs fois le métro sans être le bon, au final après avoir passé une heure facile dans le métro, je pris mon courage à deux mains et je demandais finalement mon chemin aux agents de police qui en moins d’une seconde réussit à comprendre mon anglais il me montra un escalier, que nous nous empressions de prendre rapidement,sans demander notre reste en lançant un rapide Spassiba ‘merci’ ; sa y ‘est nous voilà embarquer dans le métro et cette fois ci s’était le bon après plus d’une heure d’immersion je finis par comprendre comment fonctionnait le réseau de métro à Moscou.